Vël’OK Régional – Vers la mobilité douce et sociale

Vël’OK Régional – Vers la mobilité douce et sociale
Découvrir

Qui ne les connait pas ? Les bicyclettes multicolores qu’on rencontre à chaque coin de rue dans pratiquement toutes les communes du sud du Grand-Duché. Nous parlons évidemment des vélos populaires du réseau Vël’Ok Régional.

Tout comme l’Escher Geméisguart et la Campingsstuff, le Vël’OK Régional s’aligne dans la gamme de projets et services du Centre d’Initiative et de Gestion Local – CIGL Esch. Comme tous les projets de ce dernier, Vël’OK Régional sert à accomplir deux objectifs à la fois : la réinsertion au marché de travail et à la vie sociale de personnes sans emploi, ainsi que la satisfaction d’un besoin de la population eschoise et – dans ce cas précis – de toute la région.

Ici, il s’agit spécifiquement du besoin de la mobilité douce locale et régionale qui est stimulé, et ceci de manière entièrement gratuite.

Un petit historique

Le premier système de bikesharing mis en place à Esch était le projet Äre Vëlo, Eise Vëlo en 2004. Celui-ci, avait aussi été géré par le CIGL Esch. Mais, au cours des années, il s’est développé et en 2009 a pris le nom de Vël’OK. Puis en 2017, le réseau du Vël’OK Régional a été élargi sur sept autres communes, avec aujourd’hui un total de neuf communes participantes. Ainsi, de nos jours, il est possible d’emprunter un vélo à Esch par exemple et de le déposer à une station Vël’OK Régional dans l’une des autres communes.

Chiffres et nombres

Actuellement, Vël’OK Régional compte 644 vélos, dont 615 vélos électriques. Les vélos conventionnels restants seront aussi remplacés au fur et à mesure. Au total, 10.009 personnes sont abonnées au service, réparties sur les neuf communes. Il convient également de mentionner qu’en 2021, par exemple, 197.603 utilisations de vélos ont été comptabilisées, pour seulement 8.714 abonnés à l’époque.

Au niveau intercommunal, seuls 19.810 prêts ont été effectués, ce qui montre que la plupart des utilisateurs restent dans leur commune avec le Vël’OK Régional.

Une équipe dévouée

Au niveau du personnel, Vël’OK Régional compte cinq encadrants et 23 bénéficiaires, ces derniers se trouvant donc dans une mesure d’emploi. Les encadrants sont primairement responsables pour le volet administratif et l’encadrement de l’équipe de bénéficiaires. Ceux-ci sont surtout actifs sur le terrain pour contrôler l’état des vélos et parfois pour rapatrier des vélos à la dérive. S’ils constatent un défaut lors d’un contrôle, le vélo est emporté à l’atelier pour la maintenance.

Quelques règles

Le service Vël’OK Régional est entièrement gratuit, cependant on doit respecter certaines règles. D’abord il faut se rendre dans un des points de souscription avec une carte d’identité et une mKaart, pour s’abonner. Puis, chaque utilisation est limitée à deux heures. Au-delà, il est possible que le client doive payer une amende, surtout si l’équipe du Vël’OK Régional doit venir récupérer le vélo.

En plus, l’utilisation est limitée à une personne par vélo. Finalement, il est important de toujours remettre le vélo à une station Vël’OK Régional à la fin de son utilisation.

Un service crucial

Le Vël’OK Régional représente un service crucial de nos jours, où la mobilité douce prend de plus en plus de priorité. En vue des prix de carburant de plus en plus croissants, les avantages de l’utilisation du Vël’OK Régional pour les trajets courts gagnent en importance. Les statistiques d’utilisation pour 2022 reflètent cette tendance, avec 192.841 utilisations enregistrées à la fin août 2022, soit presque autant que pour toute l’année 2021.

En outre, ce projet du CIGL démontre à nouveau qu’il est possible d’atteindre de grands objectifs sans négliger le volet social. Un bel exploit de tous les acteurs impliqués et une plus-value pour la mobilité dans toute la région.

Foto 2 & 4: ©Ville d’Esch